Automobile : l'électrique est-il le successeur désigné du thermique ?

Automobile : l'électrique est-il le successeur désigné du thermique ?

La motorisation thermique demeure la plus répandue du secteur automobile. Toutefois, le moteur électrique offre une alternative intéressante en raison de son caractère écologique. Est-il possible que l’électrique remplace le thermique ? Examinons la question.

Les moteurs à combustion interne (ICE) traditionnels

Alimenté par le carburant, ce moteur a beaucoup évolué. Son taux d’émission en CO2 a diminué de 10 à 15 %. Cela s’explique par une réduction des cylindrées, une bonne gestion thermique du moteur, la récupération de l’énergie au freinage, etc. L’objectif est d’atteindre les 2 L pour 100 km. Cela permettra de réduire davantage les émissions de GES ainsi que la masse des voitures.

Le moteur ICE à technologie avancée

Il fonctionne avec les nouveaux carburants (biocarburant, gaz naturel, etc.). Ici, les réductions d’émission varient entre 90 à 95 % pour le CO, de 25 % pour le CO2, de 35 à 60 % pour l’oxyde d’azote (NOx) et de 50 à 60 % pour les hydrocarbures. Le bémol ici est l’impact agricole et écologique qu'implique une productivité satisfaisante.

Les moteurs hybrides

Les véhicules hybrides regroupent un moteur ICE et un moteur électrique. Il en existe plusieurs générations. Les réductions de GES ont des avantages plutôt limités. Il se pose également le problème d’autonomie électrique. Selon les experts, ce type de motorisation ne peut pas dominer le marché.

Les moteurs électriques à batterie

Dans cette motorisation, seule l’énergie électrique est utilisée par le moteur. Les émissions des GES sont nulles. Cependant, il se pose le problème de densité d’énergie, densité de puissance, le temps de recharge et même de la nature de l’énergie primaire.

Les batteries à piles combustibles

Ici, la source d’énergie est l’hydrogène. Les émissions de GES sont nulles et il n’y a pas de dépendance aux énergies fossiles. Toutefois, l’hydrogène est très difficile à stocker (vu sa forte volatilité). Par ailleurs, cette technologie est difficile à développer.

Selon les experts, les moteurs ICE traditionnels domineront le marché pour plusieurs années. Ils satisfont mieux aux exigences économiques et techniques des consommateurs en plus de leurs avancées sur le plan écologique.

Espace commentaire

Top